What are you reading ?

Si tout se répète, c’est aussi parce qu’on oublie

L’âne vert, le lodge

Podcast du jour. Grâce à France Culture, je peux m’intéresser à tout, même à la politique depuis quelque temps. God bless them.

Pourquoi est-ce que tous les jours ne peuvent pas être comme aujourd’hui ? Parce qu’il faut sans doute vivre des journées comme celle d’hier pour être capable d’apprécier cet instant. Lorsqu’on dit qu’il faut connaître la souffrance pour reconnaître le goût du bonheur, ce n’est pas de la daube. Après l’effort, le réconfort. On répète souvent qu’on ne peut écrire sur le bonheur, que seuls nos maux nous font grandir et nous apprennent à vivre, pourtant j’ai souvent écrit dans ces moments de zénitude, rares et précieux. Généralement, c’est un flot de mots qui me tombe dessus, que je couche d’une traite sur le papier avant que l’instant ne m’échappe, seuls mes doigts bougent sur le clavier, j’évite de regarder par la fenêtre, c’est à peine si je cligne des yeux, exactement comme au réveil après un beau rêve que l’on souhaite prolonger, gardant les yeux fermés, dans l’espoir de rester là-bas encore un petit moment. Ma mère me dit parfois que cette vie est un rêve et que c’est une fois morts que nous nous réveillons, cette pensée m’angoisse, elle me donne l’impression de perdre mon temps.

Pourtant je ne saurai dire pourquoi la journée d’hier a été si éprouvante, ce que je sais c’est qu’elle a été infernale, et ce depuis la veille. Je m’en souviendrai de cette journée d’anniversaire de mes 31 ans, d’habitude je suis plutôt de bonne humeur ce jour-là mais pas cette fois. J’étais stressée et j’étais en train d’attendre, il y a mieux comme combinaison, nous sommes d’accord, surtout lorsque tu es en train d’attendre que l’autre devine tes pensées (compétence 100% féminine). On m’a souvent accusée de fonctionner en « mode laboratoire » et de traiter les gens, mes compagnons plus précisément, comme des rats. C’est que j’aime bien expérimenter des situations nouvelles, sortir des sentiers battus et prouver qu’au fond on peut tous s’aimer, aussi différents que l’on puisse être, et qu’il n’y a pas de combinaison impossible. Je dois dire que ça n’a pas très bien fonctionné jusque-là. Don’t laugh. Ça n’a pas fonctionné longtemps, mais ça a toujours fonctionné pendant un moment plus ou moins long et c’était bon le temps que ça a duré.

Savourons ces bons moments lorsqu’ils arrivent, même si on ne sait pas comment ils sont arrivés jusqu’à nous et même si l’on soupçonne qu’ils seront de courte durée. Nous savons aussi qu’ils reviendront, ils reviennent toujours, nous oublions c’est tout.

© Photo prise à L’âne vert, Le lodge, le 23.08.2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Le HTML de base est permis. Votre adresse email ne sera pas publiée.

S'abonner à ce flux de commentaires par RSS

%d blogueurs aiment cette page :